ceinture-abtonic.com
Image default
Psychologie

Techniques bien-être en séance de coaching

Techniques bien-être en séance de coaching
Notez cet article

Le coach met en pratique, pour la plupart d’entre elles, avant d’entrer en scène : la respiration abdominale, la relaxation, la visualisation, la décontraction faciale, et le palming.

La respiration abdominale

La respiration abdominale constitue le remède à toutes les situations difficiles, à condition de se programmer pour la maintenir tout au long de la séance, ou de la « rebrancher » au moment opportun. Cette respiration se constate lorsque le bas de la cravate du coach caen épouse la ventilation abdominale en battant la mesure ! Si le coach ne porte pas de cravate ou s’il s’agit d’une coacheuse, la main posée sur le ventre permet de la vérifier.

La relaxation

La relaxation représente la deuxième technique de base, et elle est directement liée à la respiration abdominale. Une fois le rythme de celle-ci acquis, il s’agit de ralentir ce rythme pour que chaque aller-retour d’inspiration-expiration s’effectue sur une trentaine de secondes.

Après quelques cycles de respiration, avec les yeux fermés, plusieurs exercices peuvent être proposés : évacuer toute pensée négative de l’esprit, penser à des choses positives, focaliser son attention sur une tache noire dans le champ visuel afin qu’elle grandisse et occupe tout le champ (ce qui est particulièrement efficace pour éliminer l’anxiété), concentrer sa pensée sur un point du corps pour le détendre, le réchauffer ou le refroidir, suivre un itinéraire défini sur tous les points du corps tendus, des pieds à la tête en passant par les bras, au rythme de la respiration, afin d’atteindre un état complet de décontraction.

La visualisation

La visualisation est la troisième technique fondamentale qu’il s’agit pour le coach de posséder et de perfectionner. Utilisée depuis longtemps dans tous les sports de haut niveau, comme les précédentes techniques citées, la visualisation consiste à voir et à faire défiler dans une sorte de cinéma intérieur, par anticipation, les situations redoutées et difficiles ou que l’on veut réussir, en déroulant une série d’images qui s’enchaînent pour traduire le cheminement de la pensée.

Les techniques de décontraction faciale

Les techniques de décontraction faciale, appliquées à l’aide du pouce et de l’index joints en forme de pince, doivent être utilisées discrètement quand elles sont nécessaires en cours de séance. Elles servent soit à décontracter les maxillaires, la « pince » appuie sur l’articulation de celles-ci de chaque côté du visage, soit à éviter que la bouche se crispe lors d’échanges tendus, le pouce et l’index exercent dans ce cas des pressions de chaque côté de la bouche.

Le palming

Le palming est un exercice de décontraction des yeux et du pourtour orbital pour éviter la fatigue visuelle. Il consiste à placer les mains en coque, de part et d’autre du nez, pour entourer les yeux d’un écran protecteur (les auriculaires suivent les ailes du nez, sans obstruer la respiration, les extrémités des doigts frôlent la racine des cheveux, sans que les paumes appuient sur les globes oculaires). Les yeux sont ainsi au repos, fermés derrière les paumes, et peuvent se ressourcer profondément.

Toutes ces réactions contrôlées (respiration, silence, amortisseur) permettent au coach d’éviter les réponses catastrophiques tant sur le plan pédagogique que relationnel : la repartie du tac au tac est porteuse de jugements péremptoires, de paroles d’agression et d’exclusion. À chaque réaction de ce type, le coach perd tout ou partie de sa crédibilité, car, rappelons-le, c’est justement pour améliorer son bien-être que le client a demandé ses services. Il est donc normal que le coaché éprouve la stabilité émotionnelle de son mentor et la stature de son savoir-être, dont il doit pouvoir s’inspirer pour progresser. Le « conseiller en savoir-être » se doit d’être exemplaire.

Si le coach, malgré toutes ces techniques, est submergé par une émotion parasite, il devra s’en expliquer en fin de séance ou lors d’un bilan de début de séquence, et profiter de ces moments de régulation pour faire amende honorable.